Théâtre

1988, le débat Mitterrand Chirac

z14

 

Dans le cadre de la seconde édition du festival Paroles Citoyennes, il y avait au Théâtre Antoine ‘1988, le débat Mitterrand Chirac’.

Avril 1988, Michelle Cotta reçoit pour le débat de l’entre-deux-tours : Jacques Chirac et François Mitterrand. Ces deux-là vont s’affronter dans une joute verbale mémorable.

Quel est l’intérêt d’aller voir au théâtre la reprise d’un débat politique qui date de plus 30 ans me direz-vous ?

J’y vois de nombreuses raisons : Juste pour le plaisir d’une joute oratoire savoureuse, juste pour le plaisir de réécouter deux figures politiques imposantes, juste pour profiter de François Morel (Jacques Chirac) et de Jacques Weber (François Mitterrand), deux grands comédiens que j’apprécie beaucoup et qui nous restituent avec éloquence le débat sans jamais singer les deux politiciens. Mais aussi et surtout car notre passé construit nos lendemains…

Magali Rosenzweig joue le rôle de Michelle Cotta, la journaliste, qui va à peine avoir le temps de poser les règles du débat, que les deux politiciens enchainent les diatribes plus ou moins virulentes à l’encontre du passif de l’autre. Bien sûr, les deux se posent mutuellement la question de leur future politique mais ils passent leur temps à pointer les erreurs du passé de l’autre avec force justesse ou mauvaise foi, c’est selon. Il est bon de constater combien les thèmes sont toujours d’actualité : chômage, immigration, Europe, la montée du FN.. . et de s’apercevoir des évolutions des partis, le changement des éléments de langage, le repositionnement des stratégies.

Et le public glisse doucement mais surement vers le rire… Mais depuis quand un débat politique fait il rire ? Grace au théâtre, car il permet de prendre du recul et d’apprécier l’esprit de ces deux hommes. Et nous retrouvons avec un plaisir évident des petites phrases qui depuis longtemps étaient sorties de leur contexte comme le célèbre ‘Vous n’avez pas le monopole du cœur’.

On passe 1h30 à écouter avec attention, disséquant les esquives (‘Je n’engagerai pas le débat sur ce sujet car c’est trop technique’), les piques (‘Un cours de fiscalité fiction étonnant’), traquant la petite phrase croustillante (‘les employés du bâtiment, je les connais ! Je suis corrézien !’) et c’est bien plaisant.

Retrouvez les autres manifestations du Festival Paroles Citoyennes : www.parolescitoyennes.com du 18 Février au 25 Mars 2019

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s