Pièce contemporaine

Pinocchio

z158

 

A partir du conte de Carlo Collodi, Joël Pommerat nous livre une version assez noire de Pinocchio mais en même temps un parfum de poésie entêtant ressort de cette pièce.

Dans cette version, l’auteur inscrit sa marionnette dans un rapport malsain avec l’argent mais on ne nait pas tous avec une cuillère d’argent dans la bouche et Pinocchio va le découvrir à ses dépens. Il ne pense qu’à avoir de l’argent et tout le confort d’une vie de riche.

Le pantin nait de la sculpture d’un tronc d’arbre magique et va mener une vie d’enfer à son pauvre ‘père’ pour aller à l’école avec un livre neuf. Mais sur le chemin de l’école, le petit malpoli va rencontrer beaucoup d’obstacles et va recevoir une leçon de vie à la dure.

Ce qui frappe dans cette version, c’est la noirceur du monde qui entoure Pinocchio. Et aussi la mise en scène qui restitue aussi cette ambiance sombre avec, notamment, un travail d’orfèvre sur les lumières (la scène de navigation sur la mer est un chef d’oeuvre, on a vraiment l’impression qu’il y a de l’eau sur scène).

Bien sur l’ambiance n’est rien si les comédiens n’étaient pas à la hauteur aussi. Ils sont magnifiques :
D’abord le narrateur : Pierre-Yves Chapalain qui est à la fois mystérieux et captivant, sa voix parfois semble slammer et à d’autres moments nous sommes happés par sa façon de raconter l’histoire.
Ensuite, Myriam Assouline est un Pinocchio bondissant et émouvant. Et tous les autres aussi.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s