Classique

L’ile des esclaves

Nous sommes au XVIIIème siècle, un navire s’échoue sur l’île des esclaves. Sur cette île, les indigènes ont inversé les rôles : le maitre devient serviteur et vice versa. Les naufragés découvrent cette nouvelle République, guidés par les conseils avisés de Trivelin, un îlien libre. Que va t’il en ressortir ?

En ce début de saison, nous voilà face à une pièce atypique de Marivaux, qui pour une fois, quitte l’univers des jeux amoureux pour poser la question des relations maitres/esclaves. Marivaux propose via une comédie utopique sa vision des choses : la place de chacun doit être librement choisie et ce quelque soit sa naissance. Chaque maitre a des droits, certes mais aussi des devoirs envers ses servants afin que ce petit monde puisse vivre en harmonie. Il s’agit d’une vision humaniste mais pas naïve de l’homme car Marivaux sait bien que l’homme n’est bon naturellement, il doit le devenir en étant mis face à ses contradictions et travers afin de changer. Le sujet est traité très sobrement par le metteur en scène Didier Long et un peu plus de légèreté n’aurait pas été superflue. Les décors de Jean-Michel Adam et la musique de François Peyrony sont parfaitement adaptés à la nature ‘sauvage’ de l’île. La lumière, maniée avec une belle maitrise par Denis Koransky, tient une place prépondérante pour restituer l’ambiance.

Le changement de rôle qui s’effectue lors de l’échange des costumes est un classique chez Marivaux (il faut d’ailleurs souligner la belle recherche de Corinne Rossi à ce sujet) et le valet un peu paresseux devient adepte de la vengeance, la servante sera la proie du ressentiment et de la jalousie.

Des cinq comédiens présents sur scène, Il y a bien sûr Hervé Briaux qui campe parfaitement un Trivelin austère à souhait mais celui qui éclaire la pièce avec les saillies humoristiques de Marivaux , c’est Pierre-Olivier Mornas qui est un Arlequin qui nous fait rire avec son air mal réveillé et sa naïveté touchante. Bravo Monsieur !

Au théâtre de Poche Montparnasse jusqu’au 5 décembre 2021.

Mise en scène de Didier Long

Avec Hervé Briaux, Chloé Lambert, Julie Marboeuf, Pierre-Olivier Mornas et Frédéric Rose

HOME

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s