Expo

Jean Vendome, Artiste Joaillier

Pendentif/broche : fleur d’améthyste, or jaune et diamants

Jean Vendome avait coutume de dire :  » la vie est faite de rencontres ».

Le concernant c’est on ne peut plus vrai. Il y a d’abord cette rencontre avec Dina Level à l’Institut national de Gemmologie qui le conforte dans son gout pour la beauté naturelle des pierres. Il y a cet échange avec un huissier qui lui donne l’astuce pour s’appeler Vendome (sans le ^) sans risquer de poursuites judiciaires alors qu’il s’appelle encore Ohan Tuhdarian. Il y a Jean Cocteau qui entre dans sa boutique vers 1950 qui lui demande de lui créer un bijou à partir d’une pépite en or. Il y a aussi René Lalique ‘celui dont il voulait se rapprocher le plus pour avancer’, Paul-Emile Victor qui lui parle de ses voyages dans le Grand Nord et qui sera à l’origine de la collection Boréal, Roger Caillois qui deviendra plus qu’un ami et dont il forgera l’épée d’Académicien.

Il conçoit ses bijoux de A à Z, de la maquette jusqu’aux finitions, il sait tout faire. Il tourne ainsi le dos au monde industriel et revendique son appartenance au monde artistique. Il considère le bijou comme une œuvre d’art et étudie sans relâche la lumière, l’architecture et le mouvement qui sont autant de sources d’inspiration. C’est ainsi qu’il révolutionne l’univers joaillier en 1956 avec la bague Tour : section carrée non fermée avec des pierres en sertis clos qui n’était plus à la mode depuis un bon moment.

Il marie avec bonheur le minéral et le métal et ne s’interdit aucune limite comme pour créer la bague S en 1967 : cette bague dans les courbes du S sont faites d’angles droits et qui accueille une pierre unique comme un grenat ou une citrine.

Considéré comme le pionner du bijou contemporain, il fait son entrée au Larousse en 1972 avec mention de sa bague Vème Avenue.

Bague Vème Avenue : fleur de calcédoine, or blanc et diamants

Il est difficile de choisir un bijou préféré dans l’ensemble de son œuvre tellement ils sont nombreux, souvent de formes inattendues mais toujours un ravissement des yeux. Mais nous nous sommes pliés au jeu demandé par l’Ecole des Arts Joailliers et c’est le collier en quartz rutilé qui remporte les suffrages.

Collier en quartz rutilé, lapis et or blanc

Focus sur le collier Tippy qui est caractéristique de la liberté de l’artiste. Nous avons donc un collier très architecturé qui pourtant présente une mobilité incroyable. Sur une base de coquillage, il combien tourmaline et or jaune pour une résultat qui fait rêver.

Collier Tippy

Exposition gratuite, sur rendez-vous auprès de l’Ecole des Arts Joailliers jusqu’au 28 aout 2021.

Jean Vendome, Artiste Joaillier | L’ÉCOLE School of Jewelry Arts (lecolevancleefarpels.com)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s