Théâtre

La mouche

z063

Photo Fabrice Rodin

Mais où est Charlie ?

Charlie, c’est la chienne d’Odette, une femme d’un certain âge à la perruque décoiffée, qui a disparu presque en même temps que Marie Pierre, l’amie d’école de Robert, le fils d’Odette. Robert qui est un vieux garçon, un brin autiste et passionné de technologies, d’ailleurs dans son garage – chambre qu’il a transformé en atelier, il travaille sur la téléportation…

Librement adapté de la nouvelle de science-fiction de George Langelaan, le duo Lesort- Hecq nous propose une nouvelle fois un spectacle mémorable où l’imagination débordante de ce couple va encore faire des étincelles.

Ainsi nous découvrons un étrange mais très réussi mélange entre l’histoire issue de la nouvelle sur la téléportation et un épisode de Strip Tease ‘la soucoupe et le perroquet’ :

Imaginez un décor fin années 60, fait d’un assemblage assez étonnant : une caravane vraiment old school où habite Odette et un garage où habite/travaille son fils, une table de camping, quelques chaises, deux nains de jardin, une cage avec un lapin,…

Nous suivons les aléas des travaux de Robert sur la téléportation… et on peut dire qu’on a hâte à chaque expérience de savoir si la téléportation a réussi car Robert a une petit côté savant fou qui n’a peur de rien…

La relation d’Odette envers son fils est porteuse de beaucoup d’amour maternel ; amour maternel qui sera la clé d’un final au ton très différent du reste de la pièce où nous rions souvent car les scènes hilarantes et burlesques s’enchainent.

Nous sommes bluffés à plusieurs reprises par les talents de plasticienne de Valérie Lesort et Carole Lallemand qui ont conçu des marionnettes plus vraies que nature. La mise en scène est d’une précision diabolique. Les dialogues sont très réussis et décalés avec des passages totalement surréalistes qui m’ont fait hurler de rire.

Les quatre comédiens sont immenses : Christian Hecq, sociétaire de la Comédie-Française possède un talent inné pour nous faire rire juste d’une simple mimique. Christine Murillo incarne une Odette qui déclenche les rires notamment quand elle ajuste sa perruque à chaque coup de sonnette. Valérie Lesort joue la copine d’école de Robert : une jeune femme assez nunuche et qui fleure bon la naïveté avec beaucoup de talent. Le quatrième et dernier compère de cette aventure est Stephan Wojtowicz merveilleux inspecteur de police qui remet à la mode les fixe – chaussettes !

Un spectacle qui nous fait passer une soirée dépaysante. Cependant à cause du réalisme de certaines scènes avec les marionnettes, la pièce est déconseillée au moins de 12 ans (personnellement j’aurai dit 15 ans).

Ps : on retrouve Charlie à la fin du spectacle. Ouf !

z064

Photo Fabrice Rodin

 

Aux Bouffes du Nord jusqu’au 1er Février 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s