Concert pop

Metallica au SDF

z528.PNG

 

12 mai 2012 – 12 mai 2019 : Ça faisait pile 7 ans que les américains de Metallica n’avaient pas joué au Stade de France.

James Hetfield,  Kirk Hammett, Lars Ulrich et Robert Trujillo ont donc fait leur retour dans le SDF en jouant un certain nombre de morceaux de leur dernier album (qui date quand même de fin 2016) : « Hardwired… to Self-Destruct »  mêlés aux titres incontournables que les fans adorent.

Metallica proposait une nouvelle scénographie, adaptée aux scènes des stades de foot. Oubliez donc la scène centrale et place à une scène toute en largeur, avec des écrans géants, des lasers et des feux d’artifice et un snake pit !

Je vous rappelle de suite les qualités acoustiques déplorables du Stade du France pour les concerts, ça s’est fait, je n’en parlerai plus ! On met ses bouchons d’oreille siouplait !

Mais avant d’écouter les Metallica, nous avons été gâté avec deux premières parties : les très chouettes norvégiens de Bokassa qui ont conquis le public des Mets, à découvrir donc car ils ont une belle énergie. Puis arrive le second groupe : Ghost !

Fidèle à son habitude, toujours maquillé en Cardinal Copia, et entouré de sept zicos masqués, Tobias Forge a fait honneur à la scène, en utilisant le snake pit pour chanter ses titres phares.(Danse macabre,…)

Vers 21h, les Metallica débarquent sur scène. Ils semblent sacrement punchy et ils démarrent avec un titre qui assure : Hardwired ! On enchaine avec, entre autre, le superbe Unforgiven, Sad but true ou Master of puppets et le public chante en chœur !

Lars est bien posé dans sa cage de futs pendant que James, Kirk et Rob parcourent l’ensemble de la scène et utilisent le snake pit pour aller au plus près des fans. Le groupe à bientôt 40 ans d’existence  mais les 4 membres ont toujours de s’amuser comme des gosses. Et les cheveux gris vont super bien à James !

Séquence reprise d’une chanson française : Robert et Kirk attaque un tonitruant Ma gueule de Johnny Hallyday qui laisse le public mi-figue mi-raisin. Perso, je ne suis pas du tout séduite de les entendre brailler comme des veaux en massacrant les paroles.

Mais oublions cette reprise calamiteuse pour un très chouette moment qui démarre : les quatre viennent s’installer sur en avant-scène pour For whom the bell tolls (une de mes préférées !). Yeah ! Le lightshow est efficace.

Les rappels sont une apothéose bien connue : Spit Out the Bone, Nothing Else Matters et Enter Sandman !!  Bref après un concert de plus de 2h, on est heureux d’avoir passé ce moment en leur compagnie ! Demain lundi, j’aurai mal partout mais ça en valait la peine !

Il faut savoir que les californiens rentreront bientôt dans leur pénates pour célébrer les 20 ans de l’album S&M avec deux spectacles qui s’annoncent grandioses puisqu’’ils seront accompagnés de l’Orchestre Symphonique de San Francisco. Avis aux fans !

 

Setlist :
Hardwired
The Memory Remains
Ride the Lightning
The God that Failed
The Unforgiven
Here Comes Revenge
Moth Into Flame
Sad but True
Welcome Home (Sanitarium)
Frantic
One
Master of Puppets
For Whom the Bell Tolls
Creeping Death
Seek & Destroy

Rappel :
Spit Out the Bone
Nothing Else Matters
Enter Sandman

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s