Théâtre

7 morts sur Ordonnance

z454

 

A l’Hébertot , il se joue à nouveau une adaptation de film : «7 morts sur ordonnance », réalisé par Jacques Rouffio d’après le scénario de Georges Conchon (1975). Je dis à nouveau car il y a peu, nous avions eu le plaisir de voir ‘12 hommes en colère’. On y retrouve le même tandem : Francis Lombrail et Bruno Wolkowitch. Francis Lombrail qui participe aussi à l’adaptation théâtrale du film avec Anne Bourgeois.

Nous allons découvrir en parallèle, à quelques années d’intervalle, l’histoire dramatique de deux médecins, Berg et Losseray, qui vont être victime de la puissante famille Brézé, et surtout de son patriarche Antoine, machiavélique à souhait, en directeur d’une clinique privée de province qui ne supporte pas qu’on lui fasse de l’ombre. C’est de harcèlement moral que nous allons parler et la pièce dissèque la mécanique de celui-ci avec une précision chirurgicale.

Le décor est dépouillé afin que nous puissions nous concentrer sur les hommes et sur cette redoutable machination, néanmoins il faut souligner un superbe travail sur les lumières de Laurent Béal. La mise en scène d’Anne Bourgeois est d’une finesse remarquable, tout est pensé pour nous faire ressentir la montée de l’oppression des deux médecins et la musique de François Peyrony contribue à renforcer cet angoissant sentiment.

La pièce dure deux heures et quelques coupes du texte, un peu trop répétitif, aurait été bienvenues mais il n’en demeure pas moins que c’est un grand moment de théâtre surtout parce que les comédiens sont tous exceptionnels et nous sommes suspendus à leur lèvres. Il n’y a aucune faiblesse dans le casting !

Valentin de Carbonnières est un jeune docteur Berg flambeur et sûr de lui avant de se briser comme un jouet.

Bruno Wolkowitch est Losseray, celui qui va reconstituer l’histoire de Berg, est charismatique à souhait.

Il y a aussi le plaisir de voir Claude Aufaure sur scène avec sa voix si particulière, il est splendide en maitre du jeu démoniaque (à noter : il joue dans les deux pièces de l’Hébertot le même soir et parait frais comme un gardon, c’est remarquable !)

Bruno Paviot est le fils Brézé, il est impeccable en fils soumis à son manipulateur de père !

Jean-Philippe Bêche, Jean-Philippe Puymartin, Julie Debazac et Francis Lombrail sont eux aussi très bons.

Une belle soirée avec des comédiens superbes !

A l’hébertot, jusqu’au 31 Mars 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s