Théâtre

Plaidoiries

z374

 

Tout avocat est quelque part un comédien passé maitre en rhétorique et qui sait dispenser ses effets au bon moment, il y en a peu mais ils sont marquants. Les cinq plaidoiries qui sont présentées sont issues d’affaires décisives. Elles ont défrayé la chronique et déchainé les passions :

– Le triple infanticide de Véronique Courjault et la mise en lumière du déni de grossesse : la plaidoirie de la défense est remarquablement intelligente.
– Les ados Zied et Bouna, électrocutés dans une armoire electrique pour avoir tenté d’échapper à la police et les émeutes qui se sont produites dans les banlieues sont encore bien présentes dans nos mémoires.
– La plaidoirie mémorable de Maitre Mignard pour tenter d’éviter la peine de mort à Christian Rannucci en 1976 (on attendra 1981 pour voir enfin l’abolition de la peine de mort) mais il fut l’antépénultième guillotiné par la justice française.
– Le procès de Maurice Papon et comment son rôle dans la chaine de commandement a été explicité.
– Enfin, la plaidoirie de Gisèle Halimi (signataire du Manifeste des 343) pour l’avortement et le droit des femmes à disposer de leur corps obtient en 1972 à la Cour de Bobigny un jusement historique : la relaxe de sa cliente, une jeune fille qui avait avorté suite à un viol, et l’histoire allait définitivement changer pour les femmes quelques années plus tard avec la loi Veil (n’en déplaise encore à certains).

Il fallait un grand comédien pour reprendre ses plaidoiries et Richard Berry prouve qu’il est un grand parmi les grands. Ses prestations sont parfaites avec une maitrise exemplaire sans fantaisie ou gestes superflus. Il provoque l’empathie de la Cour pour les personnes qu’il défend. Nous nous interrogeons sur ce que nous aurions pu décider en tant que jury dans ces affaires. Nous voulons savoir si la plaidoirie a porté ses fruits.

La mise en scène d’Eric Théobald est simple, souligne avec efficacité le propos de l’avocat. Le décor est sobre, des panneaux se meuvent en fond de scène et projettent notamment le jugement de chacune des affaires présentées.

C’est un grand moment !
D’ailleurs la salle s’est lévée pour ovationner Richard Berry.

Au théâtre Antoine jusqu’au 17 Novembre 2018.

Mis en scène par Eric Théobald et interprété par Richard Berry.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s