Classique

La ménagerie de verre

z353

 

Saint Louis (Etats Unis), 1930 : une famille à l’équilibre précaire nous est présentée alors que le pays est secoué par une crise économique. Le père est parti, laissant Amanda, la mère, seule avec deux enfants : Tom, qui travaille pour faire bouillir la marmite familiale et Laura, qui vit dans son monde intérieur, seuls son frère et sa mère peuvent la faire revenir dans la triste réalité.

Tennessee Williams nous livre les clés qui régissent les relations complexes au sein de cette famille en plongeant dans leur intimité. Cette pièce fut son premier succès et c’est sans doute ma préférée.

D’abord, je tiens à saluer le travail d’orfèvre de mise en scène de Charlotte Rondelez accompagnée par une ambiance musicale de Vadim Sher qui sert parfaitement les intentions de la metteuse en scène. Quelle délicatesse ! On est tout le temps en train d’osciller selon un équilibre fragile et on se demande quand cette famille va exploser.

La direction des comédiens est toute en nuance et il faut évidemment des comédiens de haute volée sachant jouer sur une large palette de sentiments avec finesse :

Cristina Reali incarne Amanda, cette mère abusive, oppressante, courageuse,… qui peut passer de la glace au feu en un instant. Je suis sous le charme et puis sa voix que j’adore….

La révélation pour moi de cette pièce, c’est Ophélia Kolb qui est donc Laura, cette jeune femme qui s’est construit un monde intérieur où la musique et les reflets de ses animaux en verre lui permettent d’oublier le monde réel. Elle n’en demeure pas moins un être humain avec des désirs et des rêves comme tout un chacun.

il y a aussi Charles Templon qui est Tom le fils et aussi le narrateur de l’histoire qui fait preuve d’un savoir faire maitrisé tout comme Félix Beaupérin qui est Jim (le collègue de Tom, invité à diner). Tous deux jouent avec un naturel désarmant ces deux jeunes gens qui veulent, soit s’échapper de cette ambiance oppressante pour Tom, soit progresser dans la hiérachie sociale pour Jim.

Voilà une distribution parfaite ! Et c’est assez rare à mon sens quand tous les comédiens sont aussi bons et harmonieux.

Je ne peux que vous encourager à aller voir cette pièce si belle.

Au théâtre du Poche Montparnasse jusqu’au 13 Janvier 2019

Mise en scène de Charlotte Rondelez avec Cristina Reali, Ophelia Kolb, Charles Templon et Félix Baupérin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s