Concert classique

Opéra en plein air : Carmen

z334

‘Opéra en plein air’ est une manifestation que je suis depuis plusieurs années avec à chaque fois le plaisir de faire découvrir un opéra à des proches pour un tarif raisonnable comparé au Palais Garnier ou l’Opéra Bastille. Ainsi de grands opéras classiques ont été découverts par de jeunes oreilles (mais aussi de moins jeunes) de mes proches : La Flute Enchantée, La Traviata, les Noces de Figaro et cette année, nous avions Carmen  de George Bizet au programme.

De plus, j’ai suivi cette prestation dans différents lieux pour découvrir ou redécouvrir des cadres chargés d’histoire : Les Invalides, le chateau d’Haroué ou pour cette dernière édition : le chateau de Vincennes.

Petite note d’attention : il ne faut pas s’attendre à un son de la même qualité que dans les grandes maisons précédement citées où l’accoustique est divine mais le résultat reste particulièrement honorable pour une découverte. La prestation technique de ce week end mérite d’être saluée car en dépit d’un vent particulièrement taquin, le rendu était de fort bonne facture.

L’histoire : Carmen, la belle andalouse, séduit le brigadier Don José, qui était promis à Micaëla, comme elle séduit tous les hommes de Séville. Ils s’aiment,… puis Carmen a un nouvel amant et Don José n’est pas d’accord… Oui, ça va mal se terminer…

Le plateau sur deux niveaux nous propose un joli décor de Séville dans la première partie mais stoppons là les discussions….  l’opéra commence…. et de suite on sent que l’orchestre ‘Music Booking Orchestra’ d’Anne Gravoin va nous servir une bien belle partition, le chef Vincent Renaud les dirige en expert accompli. Effectivement, nous sommes charmés par un joli mélange bien nuancé de l’ensemble des sentiments de Carmen reproduit avec brio par l’orchestre : passion, fougue, colère,…

La grande révélation vocale de cet opéra est Olga Tenyakova, soprano russe qui tient le rôle de Micaëla. Une voix admirable, pure et cristalline alliée à un jeu de scène réussi et voilà que nous succombons au charme de la belle russe. A priori, je ne fus pas la seule quand on voit le triomphe lors des saluts. J’ai donc hâte de la revoir sur une autre scène dans des rôles plus importants : artiste à suivre !

Le metteur en scène Radu Mihaileanu, que je connais pour ses films dont le très beau ‘va, vis et deviens’,  a proposé une mise en scène un peu chargée à mon gout et j’ai eu la sensation qu’il a voulu utiliser une technique cinématographique lors de la déclaration d’amour entre Carmen et Don José qui ne se regardaient pas mais il aurait sans doute fallu des caméras et un écran pour que son intention soit plus compréhensible.

Néanmoins, je suis sortie de la cour du chateau de Vincennes en fredonnant Toreador comme les autres spectateurs autour de moi en étant contente de ma soirée.

Petite interrogation personnelle : Carmen porte trois tenues vives : une bleue, une blanche et une rouge… Un message subliminal en cette période de coupe du monde ? 🙂

Voir  les dates et les lieux de la tournée 2018 sur le site : http://www.operaenpleinair.com

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s