Théâtre

Le cercle de whitechapel

z261

 

On ne mélange pas impunément dans le Londres de la fin du XIX eme siècle les individus de sexes et de rangs sociaux différents sous peine de faire des étincelles !! C’est pourtant le cas de l’équipe réunie par Sir Herbert Greville (membre d’influences diverses de la gentry londonienne) : un jeune auteur timide Arthur Conan Doyle (oui vous avez bien lu c’est le génialissisme papa de Sherlock Holmes!), l’arrogant et révolté éditorialiste George Bernard Shaw, Bram Stoker (lui aussi vous le connaissez, c’est le papa de Dracula !) et en cadeau bonus une femme, mais pas n’importe laquelle : Mary Lawson la première femme médecin !!! Ces cinq là vont devoir s’apprivoiser pour essayer de résoudre l’énigme qui terrorise Londres : attraper Jack L’Eventreur. Comme dans tout bon thriller, il faudra aller voir la pièce pour connaitre la conclusion de l’histoire.

Dès le début, nous sommes plongés dans l’action et restons tenus en haleine tout au long de la pièce. Le texte de Julien Lefebvre est parfait. Le rythme est bon : on passe par des phases de réflexion (à la façon des déductions de Sherlock Holmès) en rebondissements variés mais toujours bienvenus. La mise en scène est précise et dynamique, le travail de Jean-Laurent Silvi est remarquable.

Passons aux cinq comédiens : Ils sont tous super mais alors quel plaisir de retrouver sur scène le duo Stéphanie Bassibey et Ludovic Laroche (Conan Doyle) qui m’avait charmée cet hiver dans ‘Nuit gravement au salut’ et aussi Jérôme Paquatte (l’extravagant Bram Stocker) dont je garde un souvenir hilarant dans ‘Amants à mi temps’. Nicolas Saint George et Pierre-Arnaud Juin sont tous deux aussi excellents. On sent une belle complicité entre les comédiens pour rendre un ensemble si fluide.

A la fin, les spectateurs sont invités à faire partie du cercle de Whitechapel par les comédiens et celà nous oblige au secret, vous comprendrez qu’on ne puisse rien révéler. Ce qui est sur, c’est que je vais revenir avec mon cercle familial pour qu’il rentre lui aussi dans le cercle de Whitechapel !

Au Lucernaire jusqu’au 15 avril 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s