Théâtre

La mouette

Photo Simon Gosselin

Dans une maison au bord d’un lac, Macha aime Konstantin qui aime Nina qui aime Trigorine… C’est une des façons de résumer la Mouette mais pourtant ce n’est pas le seul aspect qui en ressort, loin de là. Si La Mouette est une « comédie » comme le prétend Tchekhov, on est aussi dans la douleur car l’oeuvre est assez proche de ce qu’a vécu l’auteur. En quatre actes et deux ans, le drame familial se noue sous nos yeux jusqu’à cette fin bouleversante : « Il y a que Konstantin vient de se tuer » et le plan final sur les yeux de sa mère Irina avant le noir.

Cyril Teste propose une relecture de la Mouette de Tchekhov avec le style que nous lui connaissons maintenant depuis des années et qui est devenu sa marque de fabrique : un carrefour entre théâtre et cinéma d’une précision incroyable, une performance filmique fruit d’un travail rigoureux.

Une mise en scène sans surprise certes, puisque c’est donc la caractéristique que nous attendons mais nous sommes toujours emportés par sa maitrîse absolue du cadrage au cordeau, des gros plans qui nous font sentir les soupirs des comédiens et des propositions visuelles toujours aussi attrayantes tantôt en couleur, tantôt en noir et blanc.

Le plateau des Amandiers est exploité sur toute sa surface même si une partie est cachée par des panneaux, les caméras inquisitrices nous partagent ce qu’il se passe hors champs, comme si nous étions de petits souris. Le côté intime de certaines scènes ont de fait un rendu spectaculaire. La captation en temps réelle est présentée aux yeux du public pour être au plus près des émotions qui les traversent.

Les comédiens sont touts excellents mais celle qui a bouleversé les cœurs c’est Olivia Corsini qui incarne la mère de Konstantin, cette mère actrice réputée et intouchable. Il faut un sacré talent à tous les comédiens pour que le rendu final soit aussi fantastique.

Distribution :

  • Vincent Berger – Boris Trigorine 
  • Olivia Corsini – Irina Arkadina 
  • Mathias Labelle – Konstantin Treplev 
  • Katia Ferreira – Macha 
  • Liza Lapert – Nina 
  • Pierre Timaitre – Medwedenko 
  • Xavier Maly – Sorin 
  • Gérald Weingand – Dorn

Aux Amandiers de Nanterre jusqu’au 30 avril 2022 puis du 12 au 13 mai 2022 au théâtre de St Quentin en Yvelines puis au TAP de Poitiers du 17 au 19 mai 2022 puis au CDN d’Orléans du 15 au 16 juin 2022.

Photo Simon Gosselin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s