Théâtre

L’opposition Mitterrand Vs Rocard

z007

Courant 1980, François Mitterrand et Michel Rocard se rencontrent pour s’entendre sur celui des deux qui représentera le PS pour l’élection présidentielle en 1981.

La rencontre a lieu dans le bureau de Mitterrand lorsqu’il habitait rue de Bièvre, un décor sobre et élégant avec une superbe bibliothèque. La mise en scène d’Eric Civanyan est sobre mais sert avec justesse les échanges entre ces deux hommes politiques.

Parlons-en de leurs échanges : car même s’ils ont été créés de toute pièce par l’auteur George Naudy, ils sonnent juste ! On croirait vraiment que cette conversation a existé sous la forme que nous découvrons avec plaisir. Les échanges sont savoureux, opposant le réalisme de Rocard à l’ésotérisme de Mitterrand. Nous sommes dans un jeu du chat et de la souris. A ma gauche, un manipulateur intelligent un brin sadique. A ma droite, un homme réaliste et honnête défendant des valeurs économiques pour améliorer la situation de la France. Nous assistons à un joute verbale qui ne parle pas tant de politique que ça. Bien sûr Mitterrand, le ‘crocodile’ ou le ‘ dinosaure’, raille avec cruauté les principes économiques défendu par Rocard, le ‘cheval de Troie du capitalisme’, mais il s’agit surtout d’admirer l’éloquence et le pouvoir des mots. Les coups bas sont autorisés évidemment pour notre plus grand plaisir.

Morceau choisi, c’est Mitterrand qui parle : « On imagine difficilement une avenue Rocard ou même un boulevard portant votre nom. Peut être, à la rigueur, une impasse… »

On ne s’ennuie pas un instant même si on n’est pas trop versé en politique car les dialogues font mouche : ils sont intelligents, percutants et drôles. Et les comédiens sont de vraies incarnations des deux hommes politiques. Philippe Magnan est un François Mitterrand plus vrai que nature : attitude, intonation…tout est là ! Et Cyrille Eldin incarne intelligemment Michel Rocard tout en sobriété et retenue.

Je n’ai vraiment pas regretté cette sortie alors que les grèves de transport étaient encore bien prégnantes.

A voir en ces temps d’élections municipales car il y a des correspondances avec ce que nous vivons.

Autre morceau choisi :

Rocard : ‘le fils venge son père.’

Mitterrand : ‘vous n’êtes pas mon fils !’

Rocard : ‘Peut-être votre dauphin…’

Mitterrand : ‘les dauphins ne nagent pas avec les requins !’

 

Au théâtre de l’Atelier jusqu’au 23 Février 2020

http://www.theatre-atelier.com/

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s