Pièce contemporaine

La peur

z56

 

Stefan Zweig décortique la mécanique du mensonge et des effets dévastateurs qu’il peut avoir et c’est une belle réussite.

L’histoire est très prenante, les comédiens sont extrêmement justes et on est pris par la tension qui monte progressivement comme l’héroïne dans le piège du mensonge qu’elle a elle même initié, étant par moment oppressé ou soulagé sur notre fauteuil tellement son jeu est expressif à souhait.

J’ai donc adoré le tout, même si la mise en scène aurait pu être moins fouillie.

Et la fin…Quelle fin !!! (et je n’en dirai pas plus)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s