Classique

Le Misanthrope

z457

 

Le Misanthrope est une comédie de Molière en cinq actes et en vers jouée pour la première fois en 1666 au Théâtre du Palais-Royal. C’est l’histoire du colérique Alceste qui n’aime guère le monde et qui charge régulièrement contre les hypocrites de la Cour. Mais c’est aussi un homme qui est tombé amoureux de la belle Célimène…

Je ne pensais pas que j’aurai autant de plaisir à retrouver l’atrabilaire amoureux de Molière ! Dès que les premiers vers sortirent de la bouche de Lambert Wilson, je fus à nouveau sous le charme du Misanthrope !

Dans un décor d’une sobriété glaçante, un salon qui fait plus penser à un large couloir sans meuble et recouvert de miroirs, Peter Stein met en scène le plus simplement du monde le texte de Molière. Le parti pris est simple : c’est le texte qui importe !

Pour apprécier pleinement cette version du Misanthrope, il faut donc accepter que le texte soit au centre de la pièce. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié cette version sans fioritures qui a le mérite de nous laisser nous concentrer sur le propos de Molière.

Seule touche de fantaisie : les magnifiques costumes d’Anna Maria Heinrich. J’ai autant apprécié le costume sombre d’Alceste que les tenues ultra colorées de Clitandre et Acaste et aussi les robes simples mais chics de Célimène et d’Eliante. Il y a aussi de jolies perruques d’Alexander Kinds.

Après il y a les comédiens qui servent le texte avec bonheur. Je dois dire que je suis soufflée par le jeu de Lambert Wilson, il me rendrait Alceste presque sympathique car il révèle la fragilité qui se cache chez Alceste : le personnage est sensible alors qu’il est vraiment sombre. Hervé Briaux est Philinthe l’ami qui est tout en nuance et d’un naturel sympathique. Oronte est joué par un Jean-Pierre Malo qui nous sert un sonnet mémorable (il est irrésistible de drôlerie) et allumera le feu puis déclenchera les foudres d’Alceste à son encontre. Evidement il faut une Célimène envoûtante, qui draine tous les regards et Pauline Chevalier  est parfaite dans ce rôle.

Au final, j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver ce texte, je vous le recommande.

Au Théâtre Libre (anciennement le Comédia) jusqu’au 18 Mai 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s