Classique

Les Sincères

z101

Je ne connaissais pas Les Sincères, pièce écrite au bel âge de 51 ans par Marivaux en 1739, le ton y est singulier. Nous sommes loin des marivaudages classiques du maitre. Ici, on est en guerre contre la sincérité et les gagnants seront ceux qui manipulent le plus les autres dans l’ombre pour former les couples qui leur conviennent. Je suis sous le charme de ce texte !

Ergaste est un adepte de la sincérité, il veut dire la vérité au point que parfois cela puisse se retourner contre lui. Dans le même temps, La Marquise et Ergaste se font les yeux doux, mais leurs domestiques, Lisette et Frontin, ne sont absolument pas d’accord et vont tout faire pour rompre l’idylle de leurs maitres. Les deux complices vont déployer des ruses autour de la sincérité et manipuler leur entourage pour parvenir à leurs fins.

Non content d’être une pièce rarement jouée, c’est aussi une pièce singulière au ton glaçant de Marivaux, un choix assumé de la part du metteur en scène et comédien Jean-Marie Ledo qui a entrainé la compagnie ‘le théâtre des 400 coups’ dans cette aventure passionnante.

D’abord, il y a ce texte si différent des autres pièces de Marivaux, avec un côté froid et un regard particulièrement aigu de l’auteur sur le monde. J’ai adoré l’ironie mordante de certaines scènes. Bien sûr certaines scènes prêtent à sourire mais c’est le drame qui se joue sous nos yeux qui retient toute notre attention. J’ai d’ailleurs récupéré le texte après avoir vu la pièce tellement il m’a fait forte impression.

Ensuite, il y a la mise en scène très pertinente toute en subtilité et cet espace central délimité par un cercle et un carré en traits discontinus qui force les comédiens à évoluer soit dedans et être dans la lumière de l’action ou à l’extérieur et à œuvrer dans l’ombre.

Enfin, il y a six comédiens qui donnent le meilleur d’eux-mêmes pour donner vie à cette manipulation grandeur nature : Olivier Ducaillou, Guillaume Kovacs, Maïna Louboutin, Jean-Marie Ledo, Michelle Sevault et Natacha Simic. Ils se cherchent, s’évitent, se trouvent, se perdent et s’affrontent avec un naturel bien agréable.

On passe une soirée idéale à découvrir un texte qui gagne à être connu dans une mise en scène réussie et avec des comédiens talentueux.

Au Guichet Montparnasse jeudi 20h45 et dimanche 18h jusqu’au 26 Avril 2020

https://www.guichetmontparnasse.com/

z102

Photos Bénédicte Kariotys 

z100

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s